Le potentiel touristique de la région de Baru

GIR s’est engagé à recevoir en 2013 deux jeunes étudiants pour qu’ils puissent venir s’informer et profiter de notre expérience en tourisme de moyenne montagne. Ces deux jeunes sont pressentis par la commune de Baru pour assumer des responsabilités dans l’activité tourisme qui se met en place.
Dans cette région, le tourisme représente l'une des activités en plein développement, même s’il est encore dans une phase balbutiante.
Baru est situé sur la route européenne E79 qui va de Oradea à Craiova en passant par Deva et Tîrgu Jiu. La commune, située entre Haţeg et Petroşani, dépend du judeţ de Hunedoara.
A la limite ouest de Baru, commence le Parc National de Munte Retesat (jusqu’à 2509 m d’altitude) et à l’est le Parc National Gradistea de Munte Cioclovina (1500 m). Dans ce dernier, le pittoresque torrent Strei, cours d’eau de Baru, prend sa source.

Pour les randonneurs le P.N des Retesat offre beaucoup de sentiers, une multitude de lacs et des refuges. La commune de Baru est en train de terminer un refuge confortable à la limite du parc à environ 1500 m d’altitude et 3 h de marche. Au départ de Ohaba Ponor, à quelques km de Baru, en progressant prés d’un km, dans l’eau du torrent (sportif et rafraichissant !), on accède à une grotte, impressionnante  par sa taille et surtout sa hauteur et d’où sort le Ponor. Quelques balades dans ces massifs nous ont permis d’en apprécier la beauté, la quiétude et l’authenticité de la vie pastorale. On s’y sent bien.

Il faudrait parler aussi de la région, toute proche, de Pétroşani, des monts Şureanu (station de ski), de la vallée des exploitations minières et des très spectaculaires gorges du Jiu … lieux dont nous ne pouvons pas parler puisque jusque là, nous n’avons fait que passer et nous n’avons pas encore pris le temps de les visiter.
Les autres intérêts touristiques sont multiples :

Géologie et paléontologie : Les montagnes des P.N voisins sont particulièrement riches en minéraux et en particularités géologiques. D’autre part, tous les paléontologues connaissent la région de Hateg où fut découverte une espèce particulière de dinosaures nains. Un petit musée, un centre d’information et, peut être, un parcours initiatique verront le jour prochainement au village Général Berthelot (banlieue de Haţeg). A Baru, l’Université Babeş Bolyai de Cluj possède un centre d’étude et d’hébergement pour professeurs et étudiants en géographie, minéralogie, etc....


Préhistoire et histoire : A une cinquantaine de km de Baru à l’est, on peut accéder aux ruines des citadelles qui défendaient l’accès  à la capitale des daces, Sarmizegetusa Regia,  dont l’accès est difficile par la route sauf en 4x4. A l’ouest de Haţeg, au village Sarmizegetusa, on peut visiter les intéressantes ruines romaines de Ulpia Traiana Augusta qui fut la capitale administrative de la province romaine, Dacia Felix, après la chute du royaume dace. Ne pas oublier l’intéressant  petit musée, très pédagogique, situé de l’autre coté de la route. A quelques km de là, la très ancienne église de Densuş mérite d’être vue pour son originalité architecturale due au réemploi  de colonnes, de stèles funéraires, et diverses sculptures en provenance des ruines romaines de Sarmizegetusa.

De retour vers Haţeg, en passant par le village Général Berthelot, ne pas manquer la résidence "cossue" que l’état roumain avait offert au Général Berthelot, considéré comme héros national pour la réorganisation de l’armée de la Roumanie pendant la première guerre mondiale puis ses actions auprès des nations victorieuses qui ont permis de déterminer les frontières de la Roumanie actuelle. Cette résidence, appartenant maintenant à l’Académie roumaine, a été très récemment restaurée et est devenue un centre de congrès à caractère environnemental et écologique.

De passage dans cette région, il faut prévoir une demi-journée  pour visiter le château de Matei Corvin à Hunedoara. Un pique nique et une baignade sont envisageables au lac Teliuc à quelques km de là.
Pour ceux qui aiment la faune, à Hateg, on peut voir la réserve roumaine de bisons d’Europe.
A Baru, dés 2013, les voyageurs pourront se renseigner au centre d’information touristique dont la construction, au bord de la route nationale, est en cours de réalisation.
Dans cette brève présentation de la région, ne sont pas cités les nombreux autres points d’intérêts que l’on découvre dans chaque village (vieilles églises classées ou non, petits musées, marchés locaux etc…) qui font partie du charme de la Roumanie. Le point info de Baru sera là pour vous les indiquer et vous renseigner sur les hébergements possibles : hôteliers, gite, chambre chez l’habitant etc….

Marie Claude et Jean-Louis CHEVAL

Comments