Les vingt ans … en héritage, qu’avons-nous ?

publié le 9 janv. 2011 à 15:51 par Asso Gir   [ mis à jour : 9 janv. 2011 à 15:51 ]

Une langue, des histoires de notre famille, de notre pays, des valeurs humaines… et marchandes, négociables…, une religion… des croyances, foi et convictions, ce qu’ont produit, acquis nos aînés, nos parents… Selon que l’on soit Roumain, Français, citoyen de l’Europe, habitant de la planète, il y a des différences et des points communs.

Pour nous Français, l’héritage roumain est double, et bien davantage ! La Roumanie recèle d’innombrables trésors – nous en avons souvent parlé – directement palpables : d’architecture, d’art, de civilisation métissée, tels ses monastères, ses paysages avec leurs vallées profondes, leurs biodiversités peu soupçonnées, qui perdurent encore, leurs savoir-faire agropastoraux, à « l’état brut », sans fioritures – car il faut vivre et survivre… A côté de ces trésors matériels, il y a l’accueil, la chaleur, l’âme roumaine, certes non uniques, mais multiples, démultipliés, qui nous séduisent, nous attachent, nous retiennent. En manquerions-nous, ici, dans notre hexagone ? Là, dans notre Europe occidentale très « riche » aussi, mais moins de richesse de « cœur en or » que d’argent !

Pour vous Roumains, de quoi est fait l’héritage français : de ses « lettres », de ses « humanités », de ses valeurs (passées ?) de démocratie idéalisée, mythifiée, sacralisée, de son Histoire et de sa place dans un monde de libertés si durement acquises, à maintenir, à faire évoluer, plutôt qu’à généraliser ou exporter…

...Pour lire la totalité de l’article, abonnez-vous au GIR’oscope, le journal de GIR

Comments