… les liens

publié le 13 juin 2013 à 13:51 par Asso Gir
Depuis la rentrée scolaire, un autobus Renault Tracer, permet aux élèves de BARU (judet Hunedoara), de prolonger plus facilement leur scolarité au-delà du collège, et d’aller au lycée d’HATEG. Il n’y avait pas ce ramassage scolaire jusqu’alors – quelques familles s’organisaient autrement. Aujourd’hui, c’est un plein car qui fait le trajet entre ces 2 petites villes le matin et pour le retour. Ce véhicule acheté d’occasion à une entreprise de transports de Savoie  a fait, au préalable,  l’autre lien, celui par la route entre Chapareillan et Baru, d’un côté à l’autre des Alpes !

Dans cette même commune de Baru, un petit refuge de montagne est en construction dans les alpages dominants : pour ses habitants, pour les touristes, pour les  promeneurs, près des troupeaux. Le lien entre le bas et le haut sera favorisé.

Notre association GIR a engagé une relation privilégiée avec une petite équipe de travailleurs sociaux de SATU MARE (judet id.) qui s’appelle STEA (« étoile »). Elle s’occupe de familles et d’enfants en très grande pauvreté de cette ville où coule le fleuve  Somès. Au cours de ces 2 derniers étés, nous lui avons rendu visite. Cristina, directrice,  et Bogdan, animateur, l’an passé, puis Cristina à nouveau et le docteur Nicolae Sorin M. sont venus cette année en septembre à GRENOBLE, pour découvrir comment nos structures publiques développent l’action sociale, accompagnent la précarité « française », et pour présenter aux professionnels rencontrés, les pratiques mises en œuvre concernant  la leur, la « roumaine »…

Que dire de la mort « joyeuse » ?  Nous faisons allusion au cimetière joyeux de SAPINTA (judet Maramures), visité par des touristes venus de loin (des Japonais par exemple). Ces 2 derniers étés, Dumitru POP, l’actuel sculpteur-peintre des croix avec leurs épitaphes, qui le caractérisent, nous a exprimé sa reconnaissance. Car l’exposition française dont il a sculpté et peint les 29 bas-reliefs est demandée et tourne de nouveau en France. Elle permet aux visiteurs de découvrir la Roumanie, la commune de  Sapinta, son cimetière, ses couleurs, d’avoir aussi une autre appréhension de la mort dans cette région !  A ceux d’entre nous qui  connaissent déjà ce cimetière, elle leur permet de renouer avec leurs attaches anciennes ou actuelles de la Roumanie.

Des enfants et jeunes des rues de BUCAREST, initiés aux arts du cirque, sont revenus en tournée et ont  présenté  leurs spectacles : s’exprimer, se valoriser- tel est le but de PARADA-  dans les Vosges, en Suisse, à  Briançon, à Villefontaine en Isère, accueillis dans nos familles.

Nos visites aux amis roumains de plus en plus nombreux, au fil des ans, au fil des coopérations qui se prolongent, au fil des échanges, et les venues en France de nos partenaires, pour récupérer un bus, un camion benne à ordures (tout récemment encore par Baru), pour présenter leur structure professionnelle, apportent énormément des deux côtés du lien. Ce sont  autant de réponses aux problèmes et de joies exprimées au quotidien,  de part et d’autre du fleuve, de la montagne, de la frontière. 

Comments